Ce matin, une première fleur de glycine encore fragile  sur notre façade.
Bientôt la timidité laissera la place à l’exubérance.

“A mes yeux, la glycine
Fait toujours le printemps
Car c’est elle,  divine,
Qui me ravit autant.
Et Monet, je devine
S’est pamé tout autant.”
[Louis Vibauver]

Partager :