Journal " L'Ilustration " du 26 juillet 1873
Découverte d'un éléphant fossile à Durfort (Gard)

S’il est une science dont les progrès aient été rapides pendant ces dernières années, c’est la paléontologie.

Depuis que l’attention du monde scientifique s’est portée sérieusement sur ces questions, elle ne s’en est plus détachée; l’étude de la faune antédiluvienne et de l’homme antéhistorique a été poussée avec une extrême vigueur; les recherches, les fouilles, les travaux incessants de la science officielle ont donné un élan que les volontaires de la science se sont empressés de suivre; ils l’ont suivi avec tant de succès que, par exception à ce qui se passe d’habitude, les savants «amateurs» ont fait autant pour la science que les corps savants constitués.

Les découvertes les plus précieuses, les plus rares trouvailles depuis quelques années, ont été dues le plus souvent à ces modestes champions de la science, collectionneurs isolés ou sociétés libre, spontanément formées.

Aujourd’hui, c’est une société de ce genre la Société scientifique d’Alais (Gard)–qui vient d’obtenir, après deux ans de recherches, un double succès en fouillant, sur le territoire de la même commune, à trois kilomètres de distance l’un de l’autre, un ossuaire humain de l’âge de pierre (fin de l’âge de pie re et commencement de l’âge de bronze) et un dépôt de fossiles.

Dans quelques jours nous donnerons le résumé des découvertes de la première fouille; ce que nous soumettons
aujourd’hui à nos lecteurs, c’est le résultat de la seconde, résultat exceptionnel et qui, sauf les découvertes faites dans les glaces de la Sibérie, n’a été nulle part obtenu si complet; c’est le squelette entier, intact, d’un éléphant antédiluvien, tel que n’en possède aucun musée, sauf celui de Saint-Pétersbourg.

Je laisse la parole à M. Cazalis de Fondouce, l’un des membres de la Société qui va nous dire comment il a été conduit à cette découverte:

«Au mois de novembre 1869, je me rendais à Durfort (Gard) pour continuer les fouilles entreprises dans la «Grotte des morts»–(l’ossuaire dont j’ai déjà parlé plus haut)–lorsque, à un kilomètre environ du village, j’aperçus au-dessus d’un tas de pierres, sur le bord de la route, quelque chose qui me parut être une dent d’éléphant. Je ramassai l’objet et constatai que c’était bien, en effet, une molaire d’éléphant fossile. J’appris du cantonnier que ces pierres avaient été extraites sur place. Examinant le terrain, je reconnus qu’il y avait là un dépôt de transport local qui avait dû combler autrefois toute la vallée, mais dont il ne restait plus aujourd’hui qu’un lambeau de trois ou quatre cents mètres carrés de surface. 

«Je fis faire immédiatement des fouilles, etc.»

Je résume maintenant les observations auxquelles ont donné lieu ces fouilles:

«Il y avait là un petit bassin marécageux, où croissaient les espèces végétales des fonds humides. Ce bassin, séparé du cours du ruisseau, n’était envahi par les eaux qu’au moment des crues et par remous. Ces eaux mortes n’y déposaient que du limon; peu ou point de graviers. Les couches successives du limon, déposées sur le talus assez escarpé qui borde la route, sont encore reconnaissables.»

«Les eaux, n’arrivant que mortes et par remous, n’ont pu charrier là que des cadavres flottés; et les ossements qui s’y rencontrent proviennent ou d’animaux échoués dans le remous ou morts  sur place.»

C’est ce qui explique comment les squelettes trouvés là sont entiers.

Le premier qu’on ait découvert et extrait intégralement, c’est le squelette d’un éléphant—Elephas meridionalis.

C’est le plus colossal des éléphants de cette espèce dont on ait retrouvé les restes. 

Squelette de l’éléphant fossile trouvé à Durfort.

L’éléphant du musée de Bruxelles n’a que 2 mètres 60 centimètres; le mammouth du même musée n’a que 3 mètres 60; celui du musée de Saint-Pétersbourg 3 mètres 45.

L’éléphant de Durfort appartient à l’espèce la plus ancienne, l’Elephas meridionalis, antérieur au mammouth ou mastodonte, et qui a vécu à la fin de l’époque tertiaire. C’est un spécimen unique au monde.

Voici ses autres dimensions :
D’une extrémité d’une crête iliaque à l’autre, le bassin mesure 2 mètres 05 de largeur, ce qui donne le développement prodigieux de la croupe.
Le fémur a 1 mètre 45;  le tibia  0 mètre 85.
Les dimensions de la tête sont indiquées sur notre dessin.

 

DÉCOUVERTE D’UN ÉLÉPHANT FOSSILE A DURFORT (Gard).

Il ne manque à l’éléphant de Durfort que l’extrémité des défenses qui, venant aboutir dans le talus, au bord de la route, ont été coupées lors de l’élargissement de cette route par les ouvriers qui n’y ont point pris garde. Ce qui reste des défenses n’a pas moins de 1 mètre 80 de longueur, et les dimensions de la partie conservée accusent une longueur probable de 3 mètres 65. Le diamètre de la défense à son origine est de 0 mètre 23; l’éléphant de Saint-Pétersbourg n’a que 0 mètre 19 au même endroit. Le crâne de l’éléphant de Durfort mesure 1 mètre 65, du sommet au bord des alvéoles; celui de l’éléphant de Saint-Pétersbourg 1 mètre 30 seulement.

 

L’éléphant fossile de Durfort (restauration).

L’animal est certainement mort sur place et pour ainsi dire debout. La position du squelette   dizaines de milliers d’années–des centaines peut-être. L’animal était acculé sur le train de derrière, cabré contre le talus et agenouillé des jambes de devant contre l’escarpement de la rive; la tête relevée, tendue en haut, les défenses presque verticales; le squelette serré, ramassé en bas, distendu en haut.

Venu à l’abreuvoir et embourbé, ou surpris par une crue, l’animal est mort là, essayant de gravir le talus, épuisé, acculé, la tête élevée pour prendre au-dessus des eaux une dernière respiration.

 

Extrait en entier et remonté par les soins de la Société scientifique d’Alais–dont, avec M. Cazalis de Fondouce, sont membres MM. Ollier de Marichard, Destremx (député de l’Ardèche), docteur Auphand, etc.–l’éléphant de Durfort offre maintenant à la science un magnifique sujet d’études.

Journal Illustration 26 juillet 1873 Lire la suite »

Ce matin, une première fleur de glycine encore fragile  sur notre façade.
Bientôt la timidité laissera la place à l’exubérance.

“A mes yeux, la glycine
Fait toujours le printemps
Car c’est elle,  divine,
Qui me ravit autant.
Et Monet, je devine
S’est pamé tout autant.”
[Louis Vibauver]

Glycine Lire la suite »

Application mobile LIO (horaires)

Solution pour téléphone mobile qui fournit l’information des horaires LIO
– A téléch
arger ici –

Application LIO (horaires) Lire la suite »

Application Pysae (situation en temps réel)

Vous allez prendre le car bientôt ou vous l’attendez et vous voulez savoir s’il y en a un en route qui arrivera bientôt.
Vous souhaitez savoir en temps réel ou se situe un car LIO sur cet itinéraire.
Utilisez l’application PYSAE sur votre mobile
Tous les cars LIO y sont systématiquement connectés lorsqu’ils se déplacent de sorte que vous pouvez connaître leur position précise en temps réel.

Par exemple : Il est 9h26,  vous attendez à l’arrêt Mairie de Durfort le car 142  en direction de Saint Hippolyte, Le Vigan, vous voyez sur la carte l’icône ou le car  est localisé, vous voyez qu’il sera à votre arrêt de la Mairie Durfort a 9h50 (cliquer sur l’image)

Vous pouvez voir également les différents arrêts du car sur sa route.

Solution qui fournit aux voyageurs l’information en temps réel sur la position des autocars

A télécharger ici 

Application Pysae (situation en temps réel) Lire la suite »

Horaires de l'autocar LIO 142

Vous pouvez ici consulter en ligne les horaires

Consulter les horaires en ligne

Horaires à télécharger

Horaires car LIO 142 : Le Vigan Alès Lire la suite »